Michel Potay

repères biographiques

Né en 1929 à Suresnes, Michel Potay connaît l'enfance puis l'adolescence d'un enfant des banlieues ouvrières de Paris, une période de sa vie qu'il évoque d'ailleurs dans le Pèlerin d'Arès publication annuelle (éditions : 1989, 1990 et 1991-1992). Témoin d'une époque aujourd'hui révolue comme il le rappelle, il traverse comme la majorité de Français les épreuves de la guerre durant laquelle son père meurt pour laisser une veuve et deux enfants en grande difficulté.

le Pèlerin d'Arès édition 1989

Suit l'après-guerre et l'espérance d'une vie meilleure et d'une autre société qu'il cherchera à accomplir dans le communisme, un engagement qu'il fait sien pendant plusieurs années. Il se lance en parallèle dans une carrière d'ingénieur.

Homme de convictions, il réalise au fil des années que sous une rhétorique imposante et quasi-scientifique, l'idéal qu'il a embrassé masque en fait une profonde irrationalité. Il se met alors en quête d'une voie spirituelle qui lui semble pouvoir répondre aux maux dont souffre l'humanité.

Peut-être en raison de son éducation, il entame une recherche dans les sciences parallèles et l'occultisme, qui ne le convainquent pourtant pas.

Il trouve finalement la foi dans le christianisme orthodoxe auquel il est relié par l'un des membres de sa famille. Il entre dans les ordres au sein d'une branche mineure de l'orthodoxie russe.

Il épouse en 1968 Christiane Nogaret avec qui il confie avoir partagé un grand bonheur jusqu'à aujourd'hui. Trois filles seront issues de cette union.

Réalisant que son église l'appelle à ce qu'il considère comme des compromissions avec le pouvoir soviétique de l'époque, il envisage en 1973 de repenser son ministère en créant une communauté pastorale avec une famille de fidèles. C'est à Arès en Gironde qu'il choisit de s'installer, dans une ancienne pension de famille qu'il entreprend de restaurer.

C'est à cet endroit qu'auront lieu les manifestations de Jésus en 1974 et celles de Dieu en 1977 qu'il relate dans la Révélation d'Arès.

Il quitte les ordres à cette période et entame pendant quelques années ce qu'il appellera une "traversée du désert", une forme de mort sociale avant que ne le rejoignent peu à peu des femmes et des hommes de tous horizons qui répondront à sa mission de spiritualisation publique.

Pour des raisons pratiques, celui qu'on appelle depuis le frère Michel quitte Arès en 1993 pour s'installer à Bordeaux où il vit depuis et continue, à quatre-vingt-quatre ans, à travailler à sa mission.

un homme simple, un message libérateur

En près de quarante ans, bien des personnes ont tenu des propos erronés voire diffamants ou menaçants sur Michel Potay, sans la plupart du temps l'avoir jamais rencontré. Peu de commentateurs publics ont reconnu la simplicité et l'authenticité d'un homme attaché à une mission qui ne vise à rien moins qu'à refaire le monde, dont il n'a jamais retiré ni gloire ni profit, mesurant au contraire la grande difficulté à faire naître l'âme chez l'être humain.

Michel Potay dit frère Michel

De son aveu même, le frère Michel s'est longtemps demandé pourquoi cette tâche qu'il considéra au début comme surhumaine lui avait été confiée, alors qu'il se dit être un homme dépourvu de qualités. À cela il répond parfois avec humour que le Créateur a mis des noms dans un chapeau et tiré le sien au hasard ou plus sérieusement qu'il fait partie d'une génération qui a vu les horreurs de la querre et les grandes impasses des idéologies du siècle passé et que cette expérience peut servir à éviter de graves erreurs aux hommes auxquels il est envoyé.

Car la foi qu'il prêche est une foi d'action. Dans la Révélation d'Arès, "faire" a remplacé "croire". La pénitence à laquelle l'homme est appelé l'affranchit de toute idéologie religieuse, elle demande simplement à l'homme de retrouver la voie du Bien.

Parfois mal compris dans sa simplicité par celles et ceux-là mêmes qui l'ont suivi, le frère Michel s'est toujours attaché avec beaucoup de rigueur à respecter la liberté de chacun en rappelant que ce que la conscience du Bien ne fait pas, aucune loi, aucun commandement, aucune obligation ne peuvent le faire.

C'est ainsi qu'il a toujours répondu à la recommandation de Jésus donnée en 1974 : "Tu ne seras le chef de personne." C'est bien la marque que la Parole du Père responsabilise l'homme et le rend autonome, pourvu que ça se fasse dans l'amour du prochain, le pardon des offenses, l'établissement de la paix et la liberté vis-à-vis de tout préjugé et de toute peur.

Prophète contemporain à une époque où pratiquement plus personne n'a la catégorie de l'entendement pour comprendre cela, Michel Potay et ses compagnons de foi sont les annociateurs d'une civilisation nouvelle qui ne surviendra pas par magie mais par le lent et difficile travail de générations de pénitents qui substitueront au système actuel entré dans des impasses parfois dramatiques, la Vie retrouvée. Il est bel et bien porteur d'un message d'espérance pour notre génération et celles à venir.

inédit : interview de Michel Potay par Jacques Chancel en 2010

Voici les huit premières vidéos d'une série de dix-neuf, issues d'une interview de Michel Potay réalisée par Jacques Chancel en 2010 et qui n'était jamais sortie sur aucun média jusqu'è présent.

partie 1

partie 1

partie 2

partie 2

partie 3

partie 3

partie 4

partie 4

partie 5

partie 5

partie 6

partie 6

partie 7

partie 7

partie 8

partie 8

partie 9

partie 9

partie 10

partie 10

partie 11

partie 11

partie 12

partie 12

partie 13

partie 13

partie 14

partie 14

partie 15

partie 15

partie 16

partie 16

partie 17

partie 17

partie 18

partie 18

partie 19

partie 19

contacts & rencontres - liens utiles